«Comme quoi Hitler n'en a peut-être pas tué assez»: condamnation annulée

Par

La Cour de cassation a annulé ce 15 décembre la condamnation du maire de Cholet pour apologie de crimes de guerre ou contre l’humanité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les propos du maire (UDI) de Cholet Gilles Bourdouleix, regrettant qu’Hitler n’ait peut-être pas assez tué de gens du voyage, n’étaient pas destinés à être rendus publics, et il n’y a donc pas d’apologie de crimes de guerre ou contre l’humanité, a estimé ce 15 décembre la chambre criminelle de la Cour de cassation, en annulant la condamnation de l’élu. Gilles Bourdouleix avait été condamné à 3 000 euros d’amende par la cour d’appel d’Angers en août 2014. Lors de l’évacuation d’un camp de gens du voyage, en juillet 2013, l'édile avait proféré des propos qui avaient été enregistrés par un journaliste du Courrier de l’Ouest.