La justice laisse fermé le dossier d'un massacre de tirailleurs sénégalais

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est dans la petite commune du Blanc (Indre), au Dépôt central des archives de la justice militaire, qu’aurait pu se trouver la clé. Mais ce lundi 14 décembre, la commission d’instruction de la cour de révision de la Cour de cassation a rejeté la demande de révision du procès d’Antoine Abibou, condamné le 5 mars 1945 à dix ans de prison pour rébellion commise par des militaires armés. En fait de rébellion, l’histoire d’Antoine Abibou est celle d’un rescapé, survivant du massacre de Thiaroye (Sénégal) au cours duquel, le 1er décembre 1944, un nombre encore inconnu à ce jour de tirailleurs, de retour des champs de bataille européens, est mis à mort par les militaires français sur place.