Au procès de Georges Tron, les plaignantes se font entendre

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Neuf journées d’audience. C’est le temps imparti pour dire si Georges Tron et Brigitte Gruel sont coupables ou non de « viols en réunion » et « agressions sexuelles en réunion », devant la cour d’assises de Seine-Saint-Denis. Avec un dossier touffu, une cinquantaine de témoins à entendre, et une organisation des débats assez incertaine, ce délai semble malheureusement trop court.