Au Mans, l’ordre des médecins est resté sourd à des accusations de viols

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pendant plus de 40 ans, et jusqu’à ce lundi 8 janvier, le psychiatre Jean-Paul Guittet a exercé au Mans, en cabinet libéral. Il a longtemps joui d’une image respectable. Plusieurs psychiatres confiaient le tenir en estime. Il était un des médecins de la course automobile des 24 heures du Mans, de quoi asseoir une notabilité locale. Il a même exercé des responsabilités nationales, puisqu’il a présidé le Syndicat national des psychiatres privés (SNPP) dans les années 90. À 72 ans, sa carrière est sans doute terminée : à l’issue d’une garde à vue de 48 heures, une information judiciaire a été ouverte, mercredi 10 janvier, pour « abus de faiblesse » et « viols et agressions sexuelles ». Le pluriel est ici crucial. Car cette mise en examen intervient après une longue série de plaintes et de signalements de patients auprès de l’ordre des médecins, jusqu’alors sans conséquences sérieuses pour le psychiatre manceau.