Assistants au Parlement européen: le document qui accable Marine Le Pen

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je note que c’est monsieur Fillon qui fait l’objet d’une enquête, et c’est moi qui suis accusée ! », se plaignait Marine Le Pen sur TF1, le 28 janvier 2017. Interrogée ce jour-là sur les soupçons d’emploi fictif de ses assistants au Parlement européen, elle balaye le sujet en dénonçant à nouveau une « procédure inadmissible » et « politique »« J’ai tout apporté, j'ai tout apporté [les justificatifs – ndlr] ! », évacue-t-elle.