En Seine-Saint-Denis, le piège des clusters familiaux

Par Nejma Brahim

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chaque jour est une nouvelle bataille. Dans son appartement situé entre Clichy-sous-Bois et Montfermeil, Katia jongle avec les activités de ses enfants, un bébé dans les bras. « J’en ai six alors il faut les occuper, sourit-elle tout en rappelant à l’ordre l’aîné. On vit dans ce F3 depuis deux ans. » Dans le petit salon, un canapé d’angle convertible sert de lit à Katia et son mari. Les deux chambres accueillent chacune trois enfants : un lit gigogne et un landau prennent tout l’espace.