Un réquisitoire en forme de cadeau empoisonné pour Georges Tron

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est ce qu’on appelle un réquisitoire de non-lieu en tout point assassin, une variante judiciaire du cadeau empoisonné. Dans un document de 74 pages, daté du 15 mai, auquel Mediapart a eu accès, le procureur adjoint du tribunal d’Evry, Gilles Charbonnier, se prononce, dans son réquisitoire définitif, pour un non-lieu en faveur de Georges Tron, maire (UMP) de Draveil (Essonne), ex-député et ex-ministre.