Les manifestants interdits de séjour demandent justice en urgence

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour pouvoir aller manifester l’après-midi, une dizaine d’opposants à la loi travail devront d’abord obtenir gain de cause mardi matin devant le tribunal administratif de Paris dans le cadre d’une procédure de référé-liberté. Car pour l’heure, le préfet de Paris leur a interdit de rejoindre les rangs du cortège au motif « qu’il y a tout lieu de penser que leur présence aux rassemblements organisés contre le projet de loi vise à participer à des actions violentes ». Sur quoi se base concrètement la préfecture ? Impossible de le dire si l’on s’en tient à la lettre qui a été délivrée à chacun d’entre eux. Mais pour leurs avocats, cette « interdiction de séjour », rendue possible par l’état d’urgence, constitue « une atteinte grave et illégale aux libertés fondamentales ».