Pour les autres malades, l’urgence de déconfiner

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand il sera temps d’évaluer la gestion de cette crise sanitaire, on ne pourra qu’être frappé par l’aveuglement collectif, à chaque étape de l’épidémie. La légèreté fin février ou début mars, quand le virus circulait activement dans le quart nord-est de la France. La lenteur aujourd’hui à réévaluer les priorités de santé, alors que le virus circule désormais à faible intensité sur une grande partie du territoire.