Croquis. Proportionnelle, l’illumination des dégagés

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont touchants de tourment démocratique. Les deux partis qui se sont partagé le pouvoir depuis soixante ans s’inquiètent pour la République, et ils ont bien raison. À propos du mode de scrutin qui muselle les oppositions et concentre le pouvoir aux mains d’un seul homme, les deux anciennes puissances soulignent à juste titre les dangers résultant du cumul de l’élection présidentielle et des élections législatives. À partir de dimanche prochain, sauf si un correctif toujours possible venait compromettre la victoire écrasante de La République en marche, Emmanuel Macron pourrait décider de tout, et transformer les plus de quatre cents députés qu’il aurait fait envoyer à l’Assemblée en armée légale au service de ses ordres et de ses ordonnances.