Dans les Hauts-de-France, « la mayonnaise de l’union a du mal à prendre »

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On s’attendait à découvrir un méli-mélo de militants faisant campagne dans la joie et la bonne humeur. Sous le soleil de ce printemps électoral, l’ambiance s’avère plutôt glaciale. Sur le marché Sébastopol, à Lille (Nord), ce samedi 12 juin au matin, chacun se regarde en chiens de faïence : les Verts (EELV) d’un côté, La France insoumise (LFI) de l’autre, et le Parti socialiste (PS) au milieu.