François de Rugy, la chute d’un écolo «pragmatique»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Son ascension était linéaire. Sa chute est d’autant plus spectaculaire. François de Rugy a démissionné du gouvernement mardi 16 juillet, après les multiples révélations de Mediapart, sur ses dîners à la présidence de l’Assemblée, les travaux au ministère de l’écologie, et le logement à vocation sociale qu'il occupait à Nantes. Dans la soirée, l’Élysée a annoncé son remplacement par la ministre des transports Élisabeth Borne.