Des militants écologistes et antiracistes veulent créer un front commun

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Les mouvements de lutte antiraciste et écologiste se sont organisés de façon parallèle et l’enjeu de la mobilisation est de travailler ensemble, de faire front commun pour construire une société juste », présente Renda Belmallem, étudiante à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sur les questions d’écologie dans les quartiers populaires. Trois jours avant la quatrième marche pour Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), militants écologistes et antiracistes se sont retrouvés à La base, à Paris, dans Xe arrondissement, pour penser les rapports entre écologie et quartiers populaires.