Un policier condamné aux assises, toujours en poste, devient délégué syndical 

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2012, le gardien de la paix Damien Saboundjian tire à quatre reprises sur Amine Bentounsi, un homme en fuite de 29 ans, l’atteignant mortellement d’une balle dans le dos. Renvoyé devant une cour d’assises, le gardien de la paix est acquitté en première instance, à Bobigny. Puis condamné en appel, à Paris, à cinq ans de prison avec sursis et cinq ans d’interdiction de port d’arme pour ces « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » commises dans l’exercice de ses fonctions. C’était le 10 mars 2017.