Le onzième «oubli» du haut-commissaire

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Englué dans ses « oublis » à répétition, Jean-Paul Delevoye a donc finalement rendu les armes et démissionné de son poste ministériel, car sa position était devenue indéfendable et il constituait une menace pour le gouvernement tout entier. Sa position était même devenue encore plus indéfendable qu’on ne le pense parce qu’il n’avait pas encore tout dit de ses activités passées.