La majorité au défi d'assumer le "reniement" de NDDL

Par
En abandonnant le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes au profit d'un réaménagement de celui de Nantes, le gouvernement est mis au défi d'assumer un arbitrage qualifié par ses détracteurs de "premier reniement" du quinquennat Macron.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - En abandonnant le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes au profit d'un réaménagement de celui de Nantes, le gouvernement est mis au défi d'assumer un arbitrage qualifié par ses détracteurs de "premier reniement" du quinquennat Macron.