Pourquoi Hollande veut séduire les grands patrons (et pas ses électeurs)

Par

Le président de la République a réuni lundi un « conseil stratégique de l’attractivité » avec 34 grands patrons étrangers, dans la droite ligne de son « pacte de responsabilité ». Sourd aux appels de sa majorité à rassurer les électeurs de gauche avant les municipales, il reste persuadé qu’il sera jugé, en 2017, sur l’emploi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« On a un gouvernement qui ne dit pas assez qu’on fait des trucs de gauche. Sur la lutte contre la pauvreté ou les allocations familiales… J’ai travaillé dans le privé, je n’ai pas de problème avec le pacte de responsabilité. Mais il faut expliquer qu’on ne va pas donner un blanc-seing au patronat. » Ces mots, prononcés en fin de semaine dernière par la députée de Rennes Marie-Anne Chapdelaine après une journée en circonscription, reviennent en boucle chez les socialistes à l’approche des municipales. Mais François Hollande n’en a cure : tout à sa stratégie de relance de l’économie, il préfère mettre en scène la réunion du « conseil stratégique de l’attractivité » et la réception à Paris de 34 chefs d’entreprise étrangers.