Redoine Faïd: chronique d’une évasion annoncée

Par Brendan Kemmet
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Une information à l'intérêt assez limité. 

Le communiqué du ministère de la justice est certes mensonger mais il ne s’agit pas d’un mensonge de Belloubet à proprement parler.

A la lecture de l’article, on peut se demander si Faïd Redoine est seulement bénéficiaire de l’incurie du ministère ou s’il n’a pas réussi à corrompre un fonctionnaire qui a volontairement retardé son transfert dans un autre établissement..

Belle ou bête, démission !

Non mais vous croyez qu'on réfléchit dans l'administration ? Franchement...

curieusement votre dernier paragraphe contredit votre défense des fonctionnaires. De telles négligences de la part de la hiérarchie tendent á démontrer que l'efficacité n'est pas le premier objectif de la haute administration publique.

L'Administration est tellement engluée dans son bureaucratisme, ses règlements contradictoires, un syndicalisme rétrograde et un droit stérilisateur de toute initiative, qu'elle ne peut plus viser l'efficacité. C'est bien le problème; car de l'autre coté le privé n'est mu que par le profit qui s'il intègre bien l'efficacité ne peut que rarement prendre l'humanité des choses en compte.

Mais enfin, ou vous le faites exprès, il ne contredit en rien, ma juste défense des agents de l’administration pénitentiaire. 

C’est comme si parlant d’un boulanger truand, vous en déduisiez que tous les boulangers sont des truands...

Le jeune sous directeur s’est fait acheter, pourquoi?, je ne le sais, mais bien sûr il n’est qu’un cas de faiblesse, parmi tous ceux qui chaque jour accomplissent bien leur travail et responsabilités. 

Et il s’est fait prendre, et son séjour en prison n’a pas du être sympathique, car, à juste titre, dans cette administration, la trahison est peu appréciée, avec le risque de mise en danger que cela peut avoir...

Quant a aussi en déduire que la hiérarchie est négligente, et n’a pas comme objectif l’efficacité, c’est un peu rapide, car, de ce que je sais et connais, les contrôles, les dispositions prises, sont mises en place pour justement éviter que ces dérives se produisent. 

La tentation, par l’argent, ou le chantage, sont des points qui peuvent être exploité par des détenus particulièrement habiles et ou disposant de moyens. Des protections sont mises pour contrer cela. 

Le constat, c’est que ce travail, dans une prison, un centre de détention, ou une maison d’arrêt, n’est pas facile, et devrait aussi être revalorisé et reconsidéré, comme le réclame souvent les agents de l’administration pénitentiaire....

Dites voir vous m'avez mal compris : je totalise à peu près 39 ans de fonctionnariat donc je suis fondé à émettre un avis de l'intérieur.

Pour être mieux compris, vous auriez dû demander:

Non mais vous croyez qu'on réfléchit dans l'administration chez les chefs ? Franchement...

Là, j'aurais recommandé...

laughing

bonsoir cher Michel, 

Loin de moi l'idée de juger une administration que je ne connais fort heureusement pas de l'intérieur. Par contre je maintiens la contradiction qui consiste á défendre les fonctionnaires tout en parlant de corruption: il n'était pas évident á vous lire que cela ne concernait qu'un seul cas. 

Un gars que je connaissais qui était voiture-pilote de convois exceptionnels m'avait raconté que pour traverser certaines agglomérations en dehors de l'horaire établi il versait de l'argent aux gendarmes. Naïvement je pensais que ces pratiques ne concernaient que l'Amérique latine.

cordialement, BC

Dont acte. Bien à vous.

La corruption, par l’argent, est hélas toujours un moyen d’obtenir des faveurs. 

Et ce n’est pas une pratique réservée à certains pays...l’Amérique Latine n’étant pas le continent ayant l’exclusivité...

D’aucuns disent que l’argent peut tout acheter... Heureusement qu’il y a des freins, comme l‘honnêteté, l’éthique, et aussi bien sûr la loi et son application par la justice...

bien à vous et cordialement .

Michel

 . 

 

 

Plutôt que de faire des raccourcis généralisant comme dans votre message, je trouve que le dernier paragraphe du message au dessus montre surtout que la corruption est bien présente dans notre administration, et que les corrompus réussissent à arriver à leurs fins en bloquant d'une manière ou d'une autre les processus de décision. La corruption est un problème majeur, et il n'est que très peu pris au sérieux par beaucoup d'instances gouvernementales (pour rester poli).

on voit toujours la corruption par lucre, mais il y a aussi celle générée par les menaces (sur les biens, la famille, la vie). S'agissant de grand banditisme, elle n'est pas á écarter.

Ca n'est pas de la corruption qui suppose une relation d'argent uniquement. Mais de l'intimidation, du chantage, de la pression etc....

  • Nouveau
  • 17/02/2019 13:29
  • Par
Sans drame .... pas de réaction ....

...alors que l'imminence était parfaitement décrite par un fonctionnaire.

Ce n'est pas au moment de l'action qu'il faut jouer les Rambo au risque de pertes humaines, mais bien en amont par les mesures idoines. Heureusement que les surveillants, bien briefés, n'ont rien tenté.

Allez, crions : "Macron démission", tous ensembleu tous ensembleu yéyé !

Et dire qu'un redoine faïd avait tout pour devenir "président" de la "république"... Vous l'avez cherché, hein !

Toute ma sympathie aux gardiens de prison  insuffisants et mal payés

  • "c'était un garçon plutôt charmant, c'était l'antithèse du gangster sociopathe comme on peut l'imaginer. Ce n'était pas du tout le profil des gens qu'on va trouver à Marseille et qui s'entre-tuent à coups de kalachnikov pour du haschich, lui c'était plutôt un type affable, poli, bien mis comme on dit et portant un costume bien coupé. Il n'avait pas du tout le profil d'un caïd de banlieue comme on pourrait l'imaginer et ça n'était d'ailleurs pas un caïd de banlieue, il s'est bien gardé de frayer dans cette mouvance et dans ces territoires." [Wikipédia]

Sarkozy?

  • Nouveau
  • 17/02/2019 14:52
  • Par

Redoine Faïd évadé et repris, un convoyeur de fonds retrouvé.

Mauvais citoyen, je ne me réjouis pas que force soit restée à la Loi. C'est grave, docteur ? En particulier pour le convoyeur, je l'imaginais déjà dégustant des mojitos sous les palmiers d'une île paradisiaque. kiss

Affaire somme toute exceptionnelle dont on ne peut en réalité pas tirer d'enseignement majeurs. Les problèmes carceraux sont plutôt des prisons surpeuplées où des détenus lambda n'ont pas les conditions de détenus tels que Faïd mais des conditions inhumaines régulièrement épinglées par différentes ONG ou l'UE. L'urgence est là.

C'était peut-être un pote du gouvernement, relatif à la pègre française de Castaner ou à des oligarques russes de Bennala, ou autre?

  • Nouveau
  • 17/02/2019 17:37
  • Par

"Les filins anti-hélicoptère viennent d’être posés à Réau. Avec huit ans de retard, puisqu’ils étaient prévus dans le cahier des charges lors de la construction de la prison…"

- qui a construit la prison ?
- pourquoi a t-on payé cette société à la remise des travaux alors que le contrat n'était pas rempli ?

 

En matière de bâtiment, il est courant de modifier les marchés en cours de travaux. En + ou en -; pour des raisons diverses: changement d'avis, manque de crédit, arrêt de fabrication sur certains produits etc... Et on ne paye, bien sur, que ce qui est réalisé; en général au mois le mois. En l'espèce je suppose qu'il s'agit d'un manque de crédit, et qu'on n'a pas payé la prestation non réalisée. C'est une situation absolument banale...

Mais la technique financière dite du "partenariat public-privé" prive beaucoup l' Etat alors "client à crédit" de ses moyens de Maitre d'Ouvrage. Cela fait des dizaines d'années que ce système est dénoncé par les architectes notamment, car il revient à faire payer le double à l'Etat, tout en le privant d'une partie de ses moyens de contrôle.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous