La vie en réanimation (5/5). «Le sentiment que l’ennemi a sans arrêt une longueur d’avance»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que la tension pèse à nouveau sur l’hôpital et que les variants du virus inquiètent, le professeur Elie Azoulay, chef du service de médecine intensive et de réanimation de l’hôpital Saint-Louis à Paris, revient sur l’année écoulée, depuis la première vague du nouveau coronavirus : sentiment de vivre dans la « Cité des Dômes », virus pervers, surcroît de travail ou pénuries. Mais aussi réorganisation rapide et efficace de l’hôpital, dialogues entre collègues transformés, recherche clinique inédite, évolutions thérapeutiques… Entretien.