«Aimé Césaire, la passion du poète», par Edouard Glissant

Par

Pour Mediapart, l'autre grand poète martiniquais rend hommage à Aimé Césaire.

Lire également: découvrir ou redécouvrir le "nègre fondamental", un recueil d'entretiens, vidéos et documents, et L'Afrique revendique Aimé Césaire, une revue de la presse africaine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« La route de Balata monte à travers la forêt primitive de Martinique jusqu'au Morne-Rouge et au delà vers les plateaux d'Ajoupa-Bouillon, du Lorrain et de Basse-Pointe, où le poète est né, et où l'on découvre et l'on éprouve « la grand'lèche hystérique de la mer ». Pas un ne sait ni ne peut dire à quel moment, sur cette route, vous quittez le sud du pays, ses clartés sèches, ses plages apprivoisées, ses légèretés soucieuses, pour entrer dans la demeure de ce nord de lourdes pluies, parfois de brumes, où les fruits, châtaignes et abricots ou mangues térébinthes, sont pesants et présents, et où l'on peut entendre d'au loin les conteurs et les batteurs de tambour. Chacun s'y plante sans doute dans ses enfances sans bouger, comme dans la boue rouge qui piète à l'assaut des mornes Pérou et Reculée.