La justice donne raison à des salariés de la RATP licenciés après avis d’incompatibilité

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ancien sapeur-pompier de Paris, Amine* a été recruté comme conducteur de métro à la RATP le 2 novembre 2017. Le 12 mars 2018, à la fin de son service sur la ligne 12, son chef de ligne lui tend un papier. « Je suis relevé de mes fonctions, je dois rendre mes affaires. Mon chef n’avait jamais vu ça ! »