L'Ena se défend face à sa potentielle suppression

Par
L'Ecole nationale d'administration (Ena), qu'Emmanuel Macron envisagerait selon certains médias de supprimer dans le cadre de ses réponses à la crise des "Gilets jaunes", a mis en avant mercredi la mixité de sa promotion actuelle, qui compte selon elle 26% d'élèves boursiers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - L'Ecole nationale d'administration (Ena), qu'Emmanuel Macron envisagerait selon certains médias de supprimer dans le cadre de ses réponses à la crise des "Gilets jaunes", a mis en avant mercredi la mixité de sa promotion actuelle, qui compte selon elle 26% d'élèves boursiers.