Mandat de dépôt et inéligibilité requis contre Patrick Balkany

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fini de rire. Ce jeudi 16 mai, la tension est palpable à la XXXIIe chambre correctionnelle de Paris, qui juge les époux Balkany. Oubliées, les rodomontades et les blagues faciles du début du procès. Le maire (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) n'en mène pas large. Poisseuse, effrayante, la sale odeur de la prison semble être là, diffuse, dans la salle d'audience de ce tribunal flambant neuf. « Il ne met pas le genou à terre, ce n’est pas son genre. Il ne le dira pas, mais il est bourré de cachets, il est mort de trouille », plaide Me Éric Dupond-Moretti, le défenseur de Patrick Balkany, qui tente d'attendrir le tribunal avec l'espoir de limiter la casse.