Comment récompenser l’utilité sociale des métiers

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était la grande leçon du confinement. Alors qu’une immense partie de la population cessait de travailler pour demeurer chez soi, de nombreux Français restaient à leurs postes, malgré les risques, pour assurer une vie la plus « normale » possible à la nation. Se soigner, se nourrir, vivre dans des conditions décentes d’hygiène, disposer d’une infrastructure de communication performante ont été autant de services qui ont été réalisés grâce au travail d’hommes et de femmes habituellement peu visibles, rarement mis en avant et surtout fort mal rémunérés.