Procès Fofana : «L’avocat général Bilger minimise l'antisémitisme», selon le Crif

Par et
Une semaine après l’énoncé du jugement dans l’affaire du «gang des barbares», la polémique ne faiblit pas. Dans un entretien à Mediapart, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, affirme au sujet de l’avocat général Philippe Bilger, qui a représenté l'accusation pendant le procès, qu’«il est très dommage d'avoir choisi cet avocat général pour un procès comme celui-là, où il y a de l'antisémistisme. Vous savez, l'antisémitisme, peut-être que certains en voient partout, mais d'autres comme Philippe Bilger le minimisent. Voilà, peut-être que sa façon de voir les choses, c'est de minorer l'antisémitisme. Il y a donc une suspicion, un malaise concernant M. Bilger, oui». M. Prasquier confie également avoir «fait remonter l’émotion de la communauté juive» jusqu’à l’Elysée et avoir écrit à la ministre de la justice, Michèle Alliot-Marie, «avant même le verdict pour (s)’étonner des réquisitions de l’avocat général », qualifiées d’«indulgentes» par le Crif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une semaine après l’énoncé du jugement dans l’affaire du «gang des barbares», la polémique ne faiblit pas. Dans un entretien à Mediapart, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, revient en détail sur l'«émotion» suscitée par le verdict de la cour d'assises de Paris, qui a jugé pendant deux mois et demi vingt-six personnes accusées d'avoir participé, en 2006, à l'assassinat d'Ilan Halimi. Le chef du groupe, Youssouf Fofana, a été condamné le 10 juillet à la peine maximum prévue par la loi: la perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans. Ses avocats ont annoncé vendredi 17 juillet leur intention de faire appel. Les autres co-accusés ont écopé de peines allant de six mois avec sursis à 18 ans de réclusion criminelle, dont 9 ans pour la jeune fille qui a servi «d'appât» dans l'enlèvement d'Ilan Halimi.