Procès Fofana : «L’avocat général Bilger minimise l'antisémitisme», selon le Crif

Une semaine après l’énoncé du jugement dans l’affaire du «gang des barbares», la polémique ne faiblit pas. Dans un entretien à Mediapart, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, affirme au sujet de l’avocat général Philippe Bilger, qui a représenté l'accusation pendant le procès, qu’«il est très dommage d'avoir choisi cet avocat général pour un procès comme celui-là, où il y a de l'antisémistisme. Vous savez, l'antisémitisme, peut-être que certains en voient partout, mais d'autres comme Philippe Bilger le minimisent. Voilà, peut-être que sa façon de voir les choses, c'est de minorer l'antisémitisme. Il y a donc une suspicion, un malaise concernant M. Bilger, oui». M. Prasquier confie également avoir «fait remonter l’émotion de la communauté juive» jusqu’à l’Elysée et avoir écrit à la ministre de la justice, Michèle Alliot-Marie, «avant même le verdict pour (s)’étonner des réquisitions de l’avocat général », qualifiées d’«indulgentes» par le Crif.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Une semaine après l’énoncé du jugement dans l’affaire du «gang des barbares», la polémique ne faiblit pas. Dans un entretien à Mediapart, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, revient en détail sur l'«émotion» suscitée par le verdict de la cour d'assises de Paris, qui a jugé pendant deux mois et demi vingt-six personnes accusées d'avoir participé, en 2006, à l'assassinat d'Ilan Halimi. Le chef du groupe, Youssouf Fofana, a été condamné le 10 juillet à la peine maximum prévue par la loi: la perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans. Ses avocats ont annoncé vendredi 17 juillet leur intention de faire appel. Les autres co-accusés ont écopé de peines allant de six mois avec sursis à 18 ans de réclusion criminelle, dont 9 ans pour la jeune fille qui a servi «d'appât» dans l'enlèvement d'Ilan Halimi.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Un magistrat ordonne la censure préalable d’une enquête de Mediapart
Saisi par l’avocat de Gaël Perdriau, le président du tribunal judiciaire de Paris a fait injonction à Mediapart de ne pas publier de nouvelles révélations sur les pratiques politiques du maire de Saint-Étienne, après celles du chantage à la sextape. Cette censure préalable, décidée sans débat contradictoire, est une attaque sans précédent contre la liberté de la presse.
par Edwy Plenel
Climat — Analyse
Jets de peinture et de soupe sur les œuvres d’art : « Ça vous choque ? Tant mieux ! »
Statue aspergée de peinture ce vendredi à Paris, jets de soupe et collages de mains ou de visages sur des tableaux : depuis des mois, des activistes du climat perturbent les grands musées internationaux. Est-ce si ridicule, alors que les gouvernements continuent d’échouer à mener les politiques nécessaires ?
par Jade Lindgaard
Protection de l’enfance : une mission sacrifiée — Enquête
Enfants maltraités mais obligés de patienter : les sacrifiés de la République
Bien que la justice ait identifié un danger au sein de leur famille, des centaines d’enfants sont laissés sans protection, à cause d’une pénurie de personnel et de places en foyer. Un phénomène dont les pouvoirs publics ignorent eux-mêmes l’ampleur. Mediapart a mené l’enquête pour la Journée internationale des droits de l’enfant, ce 20 novembre.
par Hugo Lemonier
Numérique — Analyse
Les géants du numérique redescendent sur terre
Pour la première fois, Google, Amazon, Facebook et consorts se heurtent au mur de la réalité. Confrontés à un retournement économique, leur réponse est semblable à celle des acteurs de l’économie traditionnelle : des licenciements massifs pour diminuer les coûts et plaire aux financiers. 
par Martine Orange