Le "rappel à l'ordre" de De Villiers n'est pas une défiance, dit Castaner

Par
Le "rappel à l'ordre" du chef d'état-major des armées par Emmanuel Macron à propos du budget de la défense n'annonce pas forcément une démission de Pierre de Villiers, a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Le "rappel à l'ordre" du chef d'état-major des armées par Emmanuel Macron à propos du budget de la défense n'annonce pas forcément une démission de Pierre de Villiers, a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement.