La victoire des Bleus «appartient à tout le monde»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vingt ans après l’illusion du slogan « black-blanc-beur » de 1998, les Bleus de 2018 portent différemment les questionnements identitaires qui traversent la société française. « Il y a, pour la première fois depuis longtemps, une victoire qui appartient à tout le monde », souligne l’historien Pascal Blanchard, spécialiste du fait colonial et des immigrations.