Algues vertes: la famille du joggeur mort en 2016 sort du silence et saisit la justice

Par Inès Léraud

Alors que la famille du joggeur décédé en septembre 2016 dans un estuaire des Côtes-d’Armor connu pour sa toxicité liée aux algues vertes va saisir jeudi le tribunal administratif de Rennes, les éléments recueillis par Mediapart tendent à montrer que les pouvoirs publics ont essayé, dans les jours qui ont suivi son décès, de taire les liens possibles entre l’H2S et la mort du sportif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Samedi 6 juillet, un ostréiculteur de 18 ans est décédé brutalement en baie de Morlaix (Finistère) ; mardi 9, un homme de 69 ans est décédé en baie de Douarnenez, dans le sud du département. Point commun entre ces deux zones : la présence d’algues vertes, dont la décomposition peut engendrer le dégagement de sulfure d’hydrogène (H2S), un gaz toxique potentiellement mortel.