Bure: «Juste avant que mon pied saute, j’ai vu une grenade exploser à hauteur de tête»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une pluie de grenades, des explosions à hauteur de visage, des corps projetés en l’air comme s’ils sautaient sur une mine, des enfants éclaboussés par le canon à eau de la gendarmerie : 48 heures après la manifestation contre Cigéo, le site d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, des opposants accusent les gendarmes d’avoir mis en place une stratégie de la tension et décrivent des scènes d’une violence extrême.