Au tribunal, Alexandre Benalla jongle avec ses passeports

Par

L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron a contourné les règles pour se faire établir un passeport de service, et il utilisait deux passeports diplomatiques après son départ de l’Élysée. En toute bonne foi, jure-t-il.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je n’avais pas d’intention frauduleuse. » « J’ai fait les choses dans les règles. » Ou encore : « C’est mon mode de fonctionnement, je suis bordélique mais je m’y retrouve. » Toujours aussi sûr de lui, Alexandre Benalla fait feu de tous bois, ce jeudi soir devant le tribunal correctionnel de Paris. Au quatrième jour de son procès, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron veut à tout prix convaincre qu’il n’a pas établi de « faux » pour se faire remettre un passeport de service, cela peu après l’épisode des violences qu’il a commises le 1er mai 2018. C’est pourtant l’une des douze infractions dont il doit répondre lors de ce procès.