Le travail méprisé des éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse

Par
Ils sont chargés de suivre les jeunes délinquants en milieu ouvert. Au lent travail d'instauration de liens de confiance, le gouvernement préfère l'action de structures fermées ou le «service citoyen» encadré par d'ancien militaires, en débat demain au Sénat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les sénateurs discutent le 25 octobre 2011 d'une proposition de loi, adoptée par l'Assemble nationale le 12 octobre, créant un service citoyen encadré par d'anciens militaires pour les mineurs délinquants de 16 ans et plus. A la suite du changement de majorité au Sénat, cette proposition de loi du député UMP Eric Ciotti, déjà rejetée par la commission des lois du Sénat, pourrait également être écartée en séance plénière mardi. «Si à l'issue de la séance, le Sénat adopte, comme je l'espère, la question préalable présentée par la commission des lois, la proposition de loi sera réputée rejetée», explique Jean-Pierre Sueur, président PS de cette commission.