Sous la gauche, la chasse aux sources de Mediapart s'accélère au Sénat

Par et
Les auditions par la police de fonctionnaires du Sénat soupçonnés d'avoir informé Mediapart s'accélèrent. La plainte pour «vol de documents» déposée sous la droite n'a toujours pas été retirée par la gauche, désormais aux manettes. La traque de nos sources a repris de plus belle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au Sénat, la chasse aux sorcières redouble d'intensité. Alors que la gauche s'est emparée de l'institution le 1er octobre, son nouveau président, le socialiste Jean-Pierre Bel, laisse courir la plainte pour «vol de documents» et «abus de confiance» déposée en juillet par son prédécesseur UMP, visant à identifier et punir les informateurs supposés de Mediapart (dans notre série d'enquêtes sur le train de vie au Palais du Luxembourg). Par son inaction, le PS autorise donc la traque à se poursuivre.