Non-lieu dans l'enquête sur la mort d'Ali Ziri

Par

Un non-lieu vient d'être prononcé par le juge d'instruction dans l'enquête sur la mort d'Ali Ziri, un retraité algérien de 69 ans, décédé le 11 juin 2009, deux jours après son interpellation par la police à Argenteuil. Ce, malgré deux expertises concluant à une suffocation du vieil homme, liée notamment aux techniques d'immobilisation utilisées par les policiers après son interpellation. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vie et mort d'un chibani, c'était le titre d'un excellent documentaire de France Inter consacré à Ali Ziri, un retraité algérien de 69 ans, décédé à l'hôpital le 11 juin 2009, deux jours après son interpellation par la police à Argenteuil. Trois ans plus tard, le juge d'instruction vient de rendre une ordonnance de non-lieu dans l'enquête sur ce décès, estimant qu’aucune charge ne pouvait être retenue contre les policiers et l’hôpital.