Christophe Prochasson: «On laisse les profs se démerder face à des situations épouvantables»

Par

Christophe Prochasson, président de l’EHESS, était conseiller éducation à l’Élysée au moment des attentats de novembre 2015. Il estime aujourd’hui que les professeurs sont souvent « abandonnés » par l’institution.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Samuel Paty, un professeur d'histoire-géographie du collège du Bois-d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), a été assassiné par un terroriste après avoir montré des caricatures de Mahomet dans sa classe. Ancien conseiller éducation de François Hollande à l'Élysée, l'historien Christophe Prochasson, président de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et aussi recteur d'académie à Caen, réagit : « Lorsque j'étais à l'Élysée, un attentat en milieu scolaire, c'était ma crainte tous les jours. » Il juge que l'institution laisse trop souvent les professeurs « se démerder face à des situations qui peuvent être épouvantables ».