Prêts toxiques: la «pathétique» défense des ex-dirigeants de Dexia

Par
Auditionnés mardi par la commission d'enquête parlementaire sur les produits financiers à risque, ils plaident l'irresponsabilité et rejettent la faute sur la crise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Pathétique ». D'un mot, le député UMP Henri Pagnol résuma le sentiment de la salle. Une heure durant, les élus, membres de la commission d'enquête parlementaire sur les produits financiers à risque, venaient ce mardi 15 novembre d'écouter les anciens dirigeants de la banque Dexia. Celle-là même dont, trois semaines auparavant, ils avaient dû approuver en urgence le plan de sauvetage de l'Etat pour lui éviter la faillite.