Peines planchers : le bilan du ministère de la justice

Mesure emblématique du quinquennat de Nicolas Sarkozy, les peines planchers n'ont été appliquées que quatre fois sur dix par les juges.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Envoyées au trou. En septembre 2012, Christiane Taubira, dans une circulaire, a mis fin aux peines automatiques en cas de récidive, instituées en 2007 par Nicolas Sarkozy : demande a été faite aux parquets d’individualiser les sanctions prononcées. Mais pendant cinq ans, les peines planchers ont été appliquées. Avec plus ou moins de zèle, comme l’atteste une note-bilan du ministère de la justice, qu’a pu consulter Mediapart.
Qui dit peine plancher pour les récidivistes, dit obligation pour les juges ou les jurés de prononcer une peine représentant a minima le tiers de la sanction encourue (uniquement pour des infractions punies de trois ans de prison ou plus). La peine ne peut être inférieure à un an si l'infraction est punie de trois ans ; à  deux ans si elle est punie de cinq ans ; etc. Pour ne pas donner un caractère absolument automatique aux décisions et donc ne pas tomber sous le coup du Conseil constitutionnel, la loi du 10 août 2007 avait prévu que les juges puissent déroger à la peine minimale selon la personnalité du suspect et les circonstances.   
Plus de six juges sur dix en ont profité – signe d’une fronde profonde des magistrats –, comme l’avait déjà mentionné Le Monde. Selon les chiffres du ministère de la justice, en 2010, 38,6 % seulement des condamnations éligibles ont effectivement comporté une peine égale ou supérieure à la peine plancher prévue. Un chiffre qui n’a fait que baisser depuis 2007 (il se situait à l’époque à 42,8%).
Mais la note du ministère, qui se limite aux condamnations des personnes majeures, s’intéresse surtout à l’impact de la loi du 10 août 2007, instaurant ces peines minimales en cas de récidive. Et compare les peines prononcées avant la loi (entre 2004 et 2006) et après (entre 2008 et 2010).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Violences sexuelles — Enquête
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
États-Unis
par François Bougon et Donatien Huet
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Violences sexuelles — Enquête
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc

Nos émissions