Les téléphones commencent à parler. Les enquêteurs en charge des investigations sur la tuerie du Bataclan ont découvert dans le portable de l’un des trois terroristes un plan détaillé de la salle de spectacle parisienne et un SMS envoyé juste avant l’attaque meurtrière, disant en substance : « On y va. »