Une usine en France: payer pour partir

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le conflit a débuté en décembre 2015, deux semaines avant Noël. Il s’achève presque un an après, par une tiède victoire. Les 130 salariés de la robinetterie Pentair, à Ham dans la Somme, viennent d’apprendre que leur entreprise (passée de Pont-à-Mousson à Alstom ces trois dernières décennies, pour tomber en 2012 dans les mains du groupe américain) achève sa course industrielle dans l’escarcelle d’Altifort, une PME des Hauts-de-France. Altifort s’engage à garder 100 salariés sur 130, et conserve un contrat de sous-traitance avec Pentair pendant cinq ans.