Après la démission de Michèle Rubirola: «C’est un rêve qui s’écroule!»

La maire de Marseille, écologiste au profil atypique, laisse son poste à son numéro 2, un apparatchik socialiste. Dans une gauche qui se pique de renouveler les pratiques politiques, on craint des répercussions bien au-delà des Bouches-du-Rhône.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La gueule de bois a largement débordé les frontières de la cité phocéenne. Quelques heures après l’annonce du départ de Michèle Rubirola de son fauteuil de la mairie de Marseille, c’est toute la gauche, en particulier les écologistes et les mouvements citoyens, qui accusait le coup.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal