Sans argent donc sans amis

Par
Le mythe a la vie dure: la solidarité serait plus grande à la campagne qu'en ville. Mais qu'en est-il en période de crise? A Pézenas, dans une zone rurale de l'Hérault où le chômage frappe fort, le lien social se désagrège à grande vitesse. Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils se sont autoproclamés «La chorale des sans». Au début, ça a surpris Odile, la responsable du Lieu Ressources de Pézenas (Hérault): «Ce n'est pas très gratifiant de s'identifier par le manque.» Mais ils n'en démordaient pas. Et maintenant ils sont 80 à chanter fièrement dans «La chorale des sans peur, sans reproche, sans complexe et sans culotte».