Merah : une enquête vise la DCRI

Par

La DCRI est la cible d'une enquête préliminaire, suite à des plaintes de la famille d'une victime de Mohamed Merah. Le renseignement français est renvoyé à ses défaillances.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, après des plaintes de proches d'une des victimes de Mohamed Merah, Abel Chennouf, assassiné le 15 mars 2012 à Montauban. Ils considèrent que les agents de renseignement français n’ont pas fait leur travail en laissant agir le tueur. En mai et en octobre, trois plaintes avaient été déposées, pour homicides involontaires, mise en danger de la vie d'autrui et encore non-empêchement de crime. Ces plaintes visaient notamment la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), son ancien patron Bernard Squarcini, et Nicolas Sarkozy. L'enquête ouverte par le parquet a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale.