Georges Tron est condamné pour viol et incarcéré

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est 22 h 45, ce mercredi 17 février, dans le vieux palais de justice de Paris. Dans le box vitré des accusés où il a pris place cinq minutes plus tôt, Georges Tron, assis sur un banc, échange quelques mots avec ses avocats, leur remet une montre, un stylo, serre des mains, et quitte les lieux entre deux gendarmes. C’est la première fois sous la Ve République qu’un ancien ministre est condamné pour viol et incarcéré.