Ces simples citoyens qui traquent les terroristes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’homme derrière son ordinateur est d’une prudence excessive. On le rencontre à la table dun café parisien un soir de janvier. On propose de le revoir, cette fois à proximité de chez lui, puisqu’il a affirmé ne venir à Paris que deux jours par an. Il répond qu’on correspondra par messageries cryptées. Il refuse de nommer sa ville, tout juste donne-t-il une orientation (nord, sud, est, ouest). Il nous enjoint de ne pas révéler l’intitulé de son métier, pourtant partagé avec plusieurs centaines de milliers de Français. Il refuse que l’on cite un seul des pseudos qu’il utilise sur les réseaux sociaux.