«Gilets jaunes»: Philippe fait sauter le préfet et réhabilite le lanceur de balles de défense

Par

Après les affrontements des Champs-Élysées, le premier ministre a annoncé le départ du préfet de police de Paris et la création d’unités « anticasseurs ». Il a déploré les « consignes inappropriées » qui ont conduit à « réduire l’usage » du lanceur de balles de défense.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un aveu d’échec, et même d’un échec cuisant. Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé, lundi 18 mars, le départ du préfet Michel Delpuech, à la suite des affrontements survenus, samedi, sur les Champs-Élysées, à l’occasion des manifestations de l’acte XVIII du mouvement des « gilets jaunes ». Le préfet éconduit sera remplacé, dès mercredi 20 mars, par Didier Lallement, le préfet de Gironde réputé à poigne. Ce dernier sera chargé de « renforcer » l’action policière face à ce qu’il a appelé « les militants des mouvances ultra ».