Histoire d’une rumeur antiroms nourrie par les réseaux sociaux

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La boucle de messagerie sur téléphone Whatsapp de cette école d’une ville moyenne de Seine-Saint-Denis fait d’ordinaire office d’outil pour préparer des actions à mener dans l’établissement scolaire, ou communiquer entre parents à propos des absences des enseignants. Mais durant deux jours fin mars, elle est devenue le canal de diffusion d’une rumeur alarmiste.