Histoire d’une rumeur antiroms nourrie par les réseaux sociaux

Par

En Seine-Saint-Denis, une rumeur persistante d’enlèvements d’enfants par des membres de la communauté rom a abondamment circulé. Trois semaines plus tard, parents, enfants et enseignants expliquent que ce bruit a laissé des traces dans les villes concernées. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La boucle de messagerie sur téléphone Whatsapp de cette école d’une ville moyenne de Seine-Saint-Denis fait d’ordinaire office d’outil pour préparer des actions à mener dans l’établissement scolaire, ou communiquer entre parents à propos des absences des enseignants. Mais durant deux jours fin mars, elle est devenue le canal de diffusion d’une rumeur alarmiste.