L'enquête sur le bombardement de Bouaké se heurte à la raison d'Etat

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

D'accord, on sent le coup tordu. Mais quel en est le sens? S'agit-il d'une implication directe de l'Etat qui, surveillant les 2 avions, n'a rien fait avant qu'ils ne bombardent? Ou, plutôt, ne pas jeter de l'huile sur le feu vis-à-vis des autorités togolaises, responsables directes de ce bombardement? C'est vrai, la vie des victimes n'a pas et ne pèse toujours pas lourd...
Dites donc vous n'avez pas peur à mediapart. Ce qui serait suggéré, ce serait que la france aurait indirectement organisé un coup tordu, en faisant (par des mercenaires) bombarder ses propres troupes afin de pouvoir avoir prétexte de rétorsion contre l'aviation togolaise et pour déstabiliser le régime. Ai-je bien compris ? Cela va faire du bruit.
L'éventuelle complicité de la France n'est qu'une hypothèse parmi d'autres. Il est néanmoins peu probable que les autorités françaises aient laissé faire (et a fortiori organisé) le bombardement de Bouaké. En revanche, on pourrait imaginer qu'elles aient décidé de laisser filer les mercenaires afin de "calmer le jeu", notamment pour éviter des mesures de rétorsion des partisans de Laurent Gbagbo contre les ressortissants français qui étaient durant ces journées de haute tension en très grand danger. Malheureusement, nous en sommes pour le moment réduit aux conjectures...
Effectivement s'il s'agit bien de cela c'est une info de la première importance. Excellente enquête.
LE LIVRE DE LAURENT LÉGER, "TRAFICS D'ARMES, ENQUÊTE SUR LES MARCHANDS DE MORT", MONTRE LA CONNIVENCE ENTRE LES TRAFIQUANTS D'ARMES ET LES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS DE TOUS LES PAYS, SUR LE THÈME : JE TE DIS À QUI ET Où LES ARMES ONT ÉTÉ LIVRÉES ET TU ME FOUS LA PAIX. UN CHAPITRE EST D'AILLEURS CONSACRÉ À ROBERT MONTOYA. AU DELÀ DE CETTE COLLUSION MALSAINE, IL APPARAÎT QUE LA POLITIQUE AFRICAINE DE LA FRANCE SERAIT DÉSORMAIS CONDUITE PAR DES TRAFIQUANTS D'ARMES, PAR AILLEURS LIÉS À TOUS LES TRAFICS DE MATIÈRES PREMIÈRES (PÉTROLE, DIAMANTS, IVOIRE ETC...), DEVANT LESQUELS L'ÉTAT FRANçAIS NE PEUT QUE SE COUCHER. POURQUOI ? COMME LE DISENT FRÉQUEMMENT LES PERSONNES INTERVIEWÉES, "C'EST UNE BONNE QUESTION"...
LE LIVRE DE LAURENT LÉGER, "TRAFICS D'ARMES, ENQUÊTE SUR LES MARCHANDS DE MORT", MONTRE LA CONNIVENCE ENTRE LES TRAFIQUANTS D'ARMES ET LES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS DE TOUS LES PAYS, SUR LE THÈME : JE TE DIS À QUI ET Où LES ARMES ONT ÉTÉ LIVRÉES ET TU ME FOUS LA PAIX. UN CHAPITRE EST D'AILLEURS CONSACRÉ À ROBERT MONTOYA. AU DELÀ DE CETTE COLLUSION MALSAINE, IL APPARAÎT QUE LA POLITIQUE AFRICAINE DE LA FRANCE SERAIT DÉSORMAIS CONDUITE PAR DES TRAFIQUANTS D'ARMES, PAR AILLEURS LIÉS À TOUS LES TRAFICS DE MATIÈRES PREMIÈRES (PÉTROLE, DIAMANTS, IVOIRE ETC...), DEVANT LESQUELS L'ÉTAT FRANçAIS NE PEUT QUE SE COUCHER. POURQUOI ? COMME LE DISENT FRÉQUEMMENT LES PERSONNES INTERVIEWÉES, "C'EST UNE BONNE QUESTION"...
LE LIVRE DE LAURENT LÉGER, "TRAFICS D'ARMES, ENQUÊTE SUR LES MARCHANDS DE MORT", MONTRE LA CONNIVENCE ENTRE LES TRAFIQUANTS D'ARMES ET LES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS DE TOUS LES PAYS, SUR LE THÈME : JE TE DIS À QUI ET Où LES ARMES ONT ÉTÉ LIVRÉES ET TU ME FOUS LA PAIX. UN CHAPITRE EST D'AILLEURS CONSACRÉ À ROBERT MONTOYA. AU DELÀ DE CETTE COLLUSION MALSAINE, IL APPARAÎT QUE LA POLITIQUE AFRICAINE DE LA FRANCE SERAIT DÉSORMAIS CONDUITE PAR DES TRAFIQUANTS D'ARMES, PAR AILLEURS LIÉS À TOUS LES TRAFICS DE MATIÈRES PREMIÈRES (PÉTROLE, DIAMANTS, IVOIRE ETC...), DEVANT LESQUELS L'ÉTAT FRANçAIS NE PEUT QUE SE COUCHER. POURQUOI ? COMME LE DISENT FRÉQUEMMENT LES PERSONNES INTERVIEWÉES, "C'EST UNE BONNE QUESTION"...
Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous
L'affaire du bombardement de Bouaké mérite que l'on s'y attarde. Rarement une enquête judiciaire aura permis d'en savoir autant sur un attentat visant des intérêts français. Mais paradoxalement, les investigations n'ont toujours pas permis d'expliquer pourquoi neuf soldats français et un civil américain ont perdu la vie. Ni d'expliquer l'attitude étonnante de l'Etat français, laissant filer à deux reprises des mercenaires sans doute impliqués – ou au moins détenant des informations – dans le bombardement. L'invocation du secret-défense est un obstacle aux investigations. Raison de plus pour la presse de s'intéresser de près à cette affaire, et éviter, peut-être, qu'une nouvelle fois la raison d'Etat prévale sur la justice...