«Désormais EDF réalise plus de 50% de son chiffre d'affaires à l'étranger». Lors de l'assemblée générale, le président du groupe public, Pierre Gadonneix, ne cachait pas sa satisfaction. Il avait accompli la mission qu'il s'était fixée : EDF n'a plus rien à voir avec l'entreprise publique franco-française. C'est désormais un groupe international, capable de rivaliser avec les plus grands du secteur.