La manifestation pour Gaza interdite à Paris, après une semaine sous tension

Par et

C’est une décision rarissime pour une manifestation de ce type : vendredi, le gouvernement a annoncé l’interdiction du défilé parisien de soutien à Gaza, prévu samedi. Au risque de heurter profondément ceux qui avaient prévu de manifester, déjà échaudés par le soutien de François Hollande à l’intervention militaire israélienne et par le rôle d'un groupuscule radical, la Ligue de défense juive.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour la première fois depuis le début de la nouvelle intervention militaire israélienne à Gaza, une manifestation de soutien à la cause palestinienne est interdite dans une grande capitale occidentale. Prévu ce samedi à Paris, le rassemblement a été interdit par la Préfecture de police, avec l’accord du ministère de l’intérieur, « au vu des risques graves de trouble à l'ordre public qu'engendrerait sa tenue dans un contexte de tension accrue », a fait valoir la Préfecture. Cette dernière a également annoncé samedi que les personnes se rendant tout de même au rassemblement pourraient être interpellées. En revanche, les manifestations prévues en province (deux ont été interdites en début de semaine à Lille et à Nice) devraient pouvoir se dérouler normalement. « J'ai demandé aux préfets de regarder au cas par cas les manifestations prévues à cet égard », a expliqué le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, sans plus de précisions.