Le système de santé s’effondre, mais les corporatismes tiennent bon

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La réforme du système de santé devait être présentée « fin mai, début juin ». Puis elle a été repoussée à l’été. Finalement, ce sera « début septembre », a annoncé à Libération la ministre de la santé Agnès Buzyn, promettant « une réforme en profondeur du système de santé ». Lors de son discours devant le Congrès à Versailles, Emmanuel Macron n’en a pas dit plus, se contentant d’annoncer sa volonté de « construire l’État providence du XXIe siècle ». Une formule vague qui cache mal les quelques mots convenus sur le système de santé. Pas de vision, pas de stratégie, rien.